« Comment gérer les conflits entre enfants? »

Cette question est récurrente, de nombreuses Mamans me l’ont posée. J’ai bien des pistes, quelques expériences en la matière et puis aussi j’ai dans mon entourage d’autres Mamans. J’aime bien m’inspirer de ce que les autres font et partager leurs bonnes astuces.

Aujourd’hui, c’est Vanessa, du blog L’éducation s’éveille, qui a accepté de répondre à la question et de vous partager son point de vue. Vanessa a 3 enfants et est éducatrice spécialisée. Elle connaît les disputes entre enfants… Elle connaît bien… Alors, soyez bien attentive à ses petits trucs… Je ne vous en dis pas plus! Je laisse la plume à Vanessa 🙂


Dans une fratrie, ce n‘est pas toujours pas facile de gérer les conflits en tant que parent. Nous nous sentons parfois dépassés par ces disputes, car nous rêvons de relations sereines entre nos enfants. Alors comment faire face à ces conflits, pour mieux les appréhender ? Je vous partage donc trois stratégies, pour vous aider à mieux les surmonter.

Notre positionnement par rapport à la place de chacun

La première question qu’il me semble important de se poser : « est-ce que nous accompagnons tous nos enfants de la même façon ou avons-nous tendance à privilégier un enfant plus qu’un autre ? »Je mets un peu le pied dans le plat, je vous l’accorde. C’est une question importante, car les conflits dans la fratrie sont souvent liés au fait que nos enfants perçoivent que l’on favorise plus un enfant qu’un autre. Du coup cela fait naître au sein de la fratrie de la jalousie. Alors l’idée n’est pas de vous faire culpabiliser (ce n’est pas mon intention). Je souhaiterais que vous y réfléchissiez.

Nous avons souvent tendance à raisonner en terme d’aîné et de dernier. Nos attentes sont différentes selon la place que chaque enfant occupe dans la fratrie. Nous attendons plus de choses de l’aîné que du petit dernier. C’est une réalité. Maman de 3 enfants, il m’a fallu accepter face aux remarques de mes fils aînés, que j’étais plus « cool » avec ma petite dernière. J’avais plus de tolérance la concernant. Mais mes fils l’ont très vite remarqué.

Alors comment être objectif face à nos enfants ? Il suffit de répondre aux besoins de chacun en fonction de leur âge et leur développement. On pourrait penser qu’il est important de donner la même chose à chaque enfant. Le dilemme que l’on rencontre souvent en éducation bienveillante, c’est que l’on a l’impression de léser un enfant par rapport à un autre. Mais ici, il ne s’agit pas d’ÉGALITE mais d’ÉQUITÉ. C’est à dire qu’il est important d’agir de manière juste en tenant compte de l’âge de chacun et de ses capacités. Ce n’est pas faire du favoritisme, mais agir avec conscience.

Attendre avant d’agir

Vous entendez vos enfants se disputer alors que vous vous trouvez dans une autre pièce. Nous avons le réflexe de vouloir nous déplacer pour venir régler le conflit. Plusieurs raisons peuvent nous pousser à agir, dont la peur que la dispute ne dégénère et finisse en bagarre. Personne n’a envie de voir ses enfants se disputer ou se faire du mal. Nous avons souvent une image idéalisée de la fratrie. Celle où frères et sœurs sont complices et vivent en parfaite harmonie. Soyons réaliste ça n’existe pas !!!!!

En règle générale, lorsque nous décidons d’intervenir nous le faisons dès les premiers haussements de voix car nous souhaitons un retour au calme rapide. En effet, nous avons envie de retourner à l’activité qui nous occupait et que nous avons dû interrompre.

Quand nous intervenons  auprès de nos enfants nous sommes déjà énervés. Concrètement nous ne sommes pas vraiment disposés à entendre ce qui se passe entre nos enfants.

Il s’agit donc d’AGIR AVEC DISCERNEMENT. Le point important est d’observer le conflit de loin en ouvrant ses oreilles. C’est offrir la possibilité aux enfants de régler leur conflits seuls. Attendez le bon moment pour intervenir : ce moment c’est lorsque il y a de la violence verbale et physique. C’est ce qui doit vous alerter et pousser à agir.

La famille est le lieu principal où nos enfants vont pouvoir, en se confrontant aux autres, apprendre à se positionner. C’est les mettre face la réalité de la vie.

En attendant un temps avant d’agir, vous expérimenterez ainsi le lâcher prise. En se détachant  de ce besoin de contrôler à tout prix ce qui se passe entre vos enfants, vous leur faites confiance pour régler leurs conflits (sans  intervention de l’adulte). Du coup, ils  apprennent qu’ils sont capables de mobiliser les ressources en eux pour agir dans des situations inconfortables.

Les aider à utiliser la communication bienveillante

Comme vous avez pu souvent le remarquer quand on intervient dans le conflit, chacun jette la faute sur l’autre. Il est impossible de savoir ce qui est à l’origine du conflit. Les accusations fusent sans que personne puisse s’exprimer librement tout en respectant l’autre.

Quand on décide d’intervenir, le but n’est pas de prendre position pour l’un ou l’autre. Ce n’est tout simplement pas notre rôle. A ce moment-là, nous sommes là pour accompagner nos enfants et les aider à régler le conflit seuls. Et c’est là que les outils de communication bienveillante peuvent être utilisés.

Pour communiquer en situation de conflit. Plusieurs règles sont à respecter:

  1. Tout d’abord je parle en mon nom. Je m’exprime en utilisant le mot « JE », c’est le point de départ de la responsabilisation de l’enfant. Je suis seul responsable de mes paroles et de mes actes. Je ne parle pas sur l’autre et de l’autre, mais d’une situation/d’un comportement
  2. J’exprime mes émotions
  3. J’exprime mes attentes « j’aimerais que »… Attention, c’est sur le comportement qu’il est nécessaire de mettre l’accent. Ex « j’aimerais retrouver mes affaires à leur place » plutôt que « j’aimerais que tu ranges mes affaires », qui sonne comme une injonction. Il y a une nuance entre les deux. Cela demande de la pratique avant d’utiliser la bonne formulation, ne vous inquiétez pas.

Bien sûr cela ne se fait pas du jour au lendemain. C’est avec la pratique que la communication va pouvoir être productrice. L’idée est d’initier les enfants à ce type de communication dans les situations ordinaires du quotidien.

Pour que chacun puisse laisser l’autre s’exprimer, vous pouvez avoir recours à un bâton de parole. C’est un super outil, qui donnera la possibilité  à chacun de pouvoir s’exprimer sans risquer d’être interrompu et de s’exprimer en son nom.

Sachez que les conflits ne s’arrêteront pas du jour en lendemain, ils font partie prenante de la relation à l’autre. C’est dans la confrontation à l’autre que l’enfant apprend à être lui-même. L’essentiel est que cette affirmation de soi se fasse dans le respect de soi et de l’autre.


Merci Vanessa pour tes précieux conseils!

Allez visiter son site, il regorge d’autres idées pour répondre à vos questions de Mamans 🙂

L’éducation s’éveille

Vous aimerez aussi:

A propos de

Je m'appelle Frédérique MADÉ. J'aide les Mamans à faire des choix qui leur correspondent vraiment. Comme ça elles se révèlent, elles profitent à fond de leurs enfants, du chocolat, de la vie quoi! J'ai 2 enfants et je partage mes idées, mes solutions, mes inspirations et aussi mes galères.

Te détendre et mieux profiter de TOUT!

Ca te dit?!

 

Télécharge la fiche pratique et l'audio MP3

Tu verras, ça te fera du bien, promis :)

Tu vas très vitre recevoir ton cadeau :) Vérifie ta boîte mail!

7 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez
+1
Partagez7